KEN PRESSE dévoile un tout premier extrait intitulé « the Thing About You » [INTERVIEW].

Actuellement installé à Montréal (Québec), Ken Presse est un auteur, compositeur, chanteur et réalisateur initialement diplômé de l’Université McGill (Montréal). Depuis,  l’artiste a pu faire ses preuves à la guitare, aux percussions, aux claviers ou encore à la basse dans de nombreux événements tels que la première partie du groupe Mumford and Sons, le Festival International de Jazz de Montréal, 4 Metropolis à guichets fermés avec le groupe The Franklin Electric ou encore la scène principale d’Osheaga.

En tant que musicien, au cours des trois dernières années seulement, Ken Presse a eu l’occasion de tourner dans plus de 18 pays avec, entre autres,The Franklin Electric.

Aujourd’hui, l’artiste canadien se lance, pour la première fois, en solo, dans un univers musical influence par la musique folk, country, indie rock, pop et même R&B, et ce, au travers de son premier single « The Thing About You », un titre abordant avec émotion le chagrin et l’espoir. au travers d’histoires sentimentales. The Thing About You est le premier extrait d’un EP à venir en 2021.

Un EP dont l’artiste vous parle au travers d’une interview pour laquelle ce dernier a gentiment accepté de mener rien que pour vous !

Bonjour Ken, et merci pour le temps accordé aux réponses à ces quelques questions..   Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs d’Alongside Nashville ?


KEN PRESSE : Merci à toi ! Je suis natif de Montréal, mais avant la pandémie,  je passais beaucoup de temps à Nashville. Depuis mon plus jeune âge,  je savais que je voulais être musicien. Nom prédestiné, j’ai été nommé d’après Kenny Rogers. Étrangement,  j’ai entamé  ma carrière professionnelle en jouant dans des comédies musicales à  Montréal et à New-York. Tranquillement, j’ai commencé à jouer avec différents groupes à Montréal. Ça m’a permis de rencontrer plusieurs musiciens montréalais comme Jon Matt de The Franklin Electric. Je me souviens encore qu’il m’ait appelé deux semaines avant sa tournée européenne afin que j’en fasse partie. Je ne pouvais certainement pas refuser une telle opportunité,  j’ai donc laissé tomber tous mes autres engagements. Ce fut le début de longues tournées mondiales qui ont duré cinq ans.  Durant cette même période,  j’ai continué à écrire pour des artistes du Québec et de Nashville. Grand fan de musique country,  il m’est venu tout naturellement d’écrire pour des artistes country de Nashville. Toutes ces expériences m’ont amené où je suis aujourd’hui. Bien que la pandémie actuelle ait des impacts sur l’industrie musicale, surtout  celle des spectacles, ça m’a permis momentanément de prendre du recul et ainsi de prendre le temps d’écrire et de produire pour moi-même. Ayant travaillé avec un grand nombre d’artistes, je n’avais jamais eu le temps de me consacrer à ma propre musique. Nous voici aujourd’hui avec la sortie de ‘The Thing About You’ écrite pendant l’un de mes nombreux road trips à Nashville.

Qu’est-ce qui, dans votre parcours, vous a mené à privilégier le travail de musicien, dans un premier temps (notamment au travers de votre groupe « The Franklin Electric »), et à vous diriger vers une carrière solo en tant qu’auteur/compositeur/interprète dans un second temps ?


K.P : C’est un petit quelque chose qui me permet de dire que la musique,  c’est magique.  Difficile à décrire,  bien peu de choses peuvent l’égaler. L’appel pour rejoindre The Franklin Electric m’a permis de faire partie d’un groupe dont j’admire le leadership et l’écriture musicale. Après avoir enseigné la musique, fait des tournées à travers le Canada, participé à des comédies musicales, ce fut une belle avancée de faire des tournées mondiales avec des musiciens aussi talentueux. Autant j’aime faire de la réalisation, écrire, faire des tournées,  il y a toujours eu au fond de moi ce goût inné d’être lead singer, afin de m’exprimer, de prendre le temps nécessaire à travers une chanson de raconter mon histoire.

Vous avez beaucoup tourné, dans le monde entier, tout au long de votre carrière. Y a t’il des événements et spectacles qui vous ont le plus marqué, pendant cette période ? Qu’avez-vous appris de toutes ces expériences, en tant qu’artiste ?

K.P : Mumford and sons a toujours été un groupe que j’admire. Alors,  lorsque j’ai eu la chance de faire la première partie avec ce groupe, c’était presque  surréaliste pour moi.  Les musiciens de Mumford étaient tellement cool qu’on est resté avec eux, tard en soirée, à partager nos expériences. Évidemment,  rien ne se compare à jouer au Québec. Après avoir tourné les quatre coins de la terre, je peux dire que le Québec a un des meilleurs publics. Ça se voit que les gens apprécient vraiment les spectacles.  Alors, l’une des choses les plus belles que j’ai remarqué en faisant de la scène,  c’est de voir la joie qu’on peut procurer, comme musicien, aux individus à travers le monde. De se rendre compte qu’on fait partie de la vie des fans est la plus grande gratification qu’on peut demander. C’est vraiment une sensation inexplicable,  cette joie qu’on peut communiquer à travers sa musique. 

Pouvez-vous nous parler un peu plus de votre tout premier single que vous sortez en solo, « The Thing About You », et des sujets que vous y abordez ?


K.P : La chanson a été  écrite à Nashville avec Éric Ethridge et Mario Telaro. À notre rencontre, nous ne savions ni pour qui nous écrivions ni du sujet que nous voulions aborder. Par contre, en initiant l’écriture,  il nous est apparu évident que nous avions chacun vécu une peine d’amour. Nous avons tous eu le cœur brisé à un moment donné, mais pour plusieurs, il y a une personne qu’on ne pourra jamais oublier. La chanson décrit ce sentiment de vide. On ne peut s’empêcher de penser à cette personne, même si on essaie. Éventuellement,  nous savons que nous allons en guérir, mais des cicatrices restent après une blessure profonde.

Dans ce titre, on peut surtout entendre des influences Country et Indie Rock. Y a t’il des artistes qui vous inspirent votre propre son ?


K.P : J’ai vraiment des goûts musicaux éclectiques. J’aime écouter du jazz, de la musique classique,  et évidemment le country et la musique Indie. Je pense que ça se reflète dans les sons que je crée, c’est vraiment un amalgame de tout mon travail en musique et de tout ce que j’aime écouter.  Je dirais quand même que City and Colour ont eu une grande influence sur moi, et depuis environ deux ans, ça a été Chris Stapleton.

Si vous pouviez caractériser votre identité musicale en 5 mots, lesquels seraient-ils ?

K.P : Ouvert, honnête, organique, visuel, émotif


Un premier opus est prévu cette année. Pouvez-vous nous en parler un peu ou pas encore ?

K.P : Absolument! Depuis le début de la pandémie, je travaille sur plusieurs chansons, j’en ai environ une quinzaine. Le son sera familier, mais en même temps différent. Avoir eu la chance de travailler avec plusieurs styles de musique fait que ce mélange sera reflété dans la musique. Il y a même des chansons avec orchestre, des guitares Indie, mais en même temps beaucoup de banjo et de dobro, ainsi que plusieurs harmonies vocales. 
Les paroles sont souvent centrées sur l’amour et l’amour de soi-même, l’acceptation de nos erreurs, l’acceptation de soi. Faire de son mieux, c’est vraiment tout ce que l’on peut faire.


Et enfin, pourriez-vous nous partager vos 5 titres favoris musicaux du moment ?

  • Tate McRaeYou broke me first
  • Chris StapletonStarting Over
  • Luke CombsBeer never broke my heart
  • Billie EilishYour Power
  • Chris StapletonYou Should Probably Leave 

Suivre KEN PRESSE :


Rédigé par Jessica.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s